MILWAUKEE BLUES, Louis-Philippe Dalembert, éditions Sabine Wespieser

« Abonnés à une vie de déconvenues, ils avaient l’habitude de chasser une chimère par une autre pour tenir jusqu’au bout de la vie. Cela s’appelait le rêve américain. »

Ma Robinson, la charismatique pasteure du quartier de Franklin Heights, s’est surpassée. Son sermon, tout en souffle et en verve, était de ceux qui rappellent ceux du Révérend King, et qui ont émaillé les luttes anti-ségrégationnistes des années 1960. Il faut dire que l’événement était hors du commun: comment ne pas évoquer le long combat pour l’égalité raciale aux États-Unis à l’heure des funérailles d’Emmett, un citoyen noir tué par un policier blanc, asphyxié par une prise d’étranglement de plusieurs minutes lors d’un contrôle de routine? A travers les mots de Ma Robinson, ce sont toutes les personnes qui ont côtoyé Emmett au cours de sa vie qui s’expriment. Ses deux amis d’enfance, Stokely et Authie, compagnons de débrouille et d’infortune qui ont eux aussi connu leur lot de hauts et de bas; son institutrice à l’école primaire du ghetto Noir de Milwaukee, l’une des villes les plus ségréguées des États-Unis, d’où il est difficile de s’échapper; son coach de football à l’université de Chicago, où Emmett avait obtenu une bourse grâce à ses prouesses sportives, et qui l’a accompagné lors de son ascension fulgurante; son ancienne fiancée, qui a tenté de le soutenir après la blessure qui a mis un terme à sa carrière, sans parvenir à le débarrasser du goût amer de l’échec et de l’humiliation… jusqu’à l’épicier pakistanais, auteur malheureux de l’appel au 9-1-1 qui a précipité l’assassinat d’Emmett.

A travers tous ces personnages, c’est un portrait tristement familier qui émerge: celui d’un homme de bonne volonté, écrasé par le poids d’un déterminisme social implacable, redoublé de celui des discriminations tenaces qui infléchissent les trajectoires des vies des Noirs Américains.

Après avoir magnifiquement écrit le sort des femmes migrantes en Afrique dans Mur Méditerranée, l’auteur haïtien Louis-Philippe Dalembert poursuit avec Milwaukee Blues son exploration de l’inégalité et de l’injustice qui frappent les populations noires. Ce roman choral fait le portrait éclaté d’un homme qui pourrait être n’importe qui, librement inspiré de George Floyd, dont le meurtre par un officier de police blanc à Minneapolis en 2020 a occasionné un puissant mouvement de contestation sous l’égide de Black Lives Matter. Un roman politique, d’une brûlante actualité, tristement réaliste, mais plus que jamais nécessaire.

  • Milwaukee Blues, Louis-Philippe Dalembert, Éditions Sabine Wespieser, Parution : 26 Août 2021, 21.00€
Acheter ce livre à la librairie Au Temps Lire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut